Sur les traces de Dracula – Transylvania

CRITIQUES BD

Cet album marque la fin de la trilogie Sur les traces de Dracula.

Après Hermann et Séra c’est au tour de Dany de s’y coller avec au commande du scénario Yves H.

Ce duo d’auteur nous offre une histoire hors du commun des mortels.

Le premier rôle est tenu par Dany lui-même accompagné de sa superbe femme Marcia. Dany veut faire une bande dessinée avec comme sujet le conte Dracula. Mais il n’arrive pas à sortir des clichés que nous apporte les films de série B, et cela à plutôt tendance à l’énerver. La situation va changer quand il reçoit une invitation pour se rendre en Roumanie, le pays de Dracula. Sur place, Marcia et lui, sont reçus dans une vielle maison lugubre par une famille bien étrange. Lucian qui est l’instigateur de l’invitation ne tarde pas à montrer son véritable visage et sa vraie motivation. Il propose à Dany de l’aider à la construction de son scénario en échange d’une signature sur un papier officiel d’invitation le permettant d’entrée en France. Dany refuse mais se sentant pris au piége finit par accepter. C’est à partir de ce moment là que des événements étranges et de plus en plus inquiétants arrivent à nos deux voyageurs. Ils vont suivre un guide écrit par Lucian qui va les transporter dans des lieux où les siècles ne paraissent pas avoir d’emprise.

Dany a pour l’habitude de nous offrir de magnifiques filles aux formes pulpeuses. Il s’est certainement retenu mais a su y mettre quelques moments de charmes sanguins. Loin de la légende de Vadul, on emmène le lecteur a découvrir les lieux historiques où Vlad l’empaleur a pu vivre et faire exterminer ses ennemis. Les vampires sont bien là, mais de loin, ou si proche que c’est plus dans un cauchemar que dans le réel.

La ligne de la vérité et de la légende peut paraître bien faible quand on la franchit.

Un guide touristique est offert en supplément en fin d’album.

Il s’agit d’un véritable guide touristique de tous les lieux relatifs à Dracula, enrichi d’une analyse approfondie du mythe et d’illustrations inédites signées Hermann, Séra et Dany.

Bien loin de se moquer du mythe de Dracula et de ceux qui croient aux vampires, Transylvania apporte une preuve qu’il y encore bien des choses que l’on n’arrive pas à comprendre.

Un chef d’œuvre, un vrai.

Laisser un commentaire