Opus 69

CRITIQUES BD

La collection Morceau de l’éditeur La Cafetière consiste à mettre ensemble deux œuvres construites conjointement. L’une sous forme de dessins mis sur papier et l’autre sous forme de musiques mise sur cd.

Pouvoir écouter la musique du livre! Quel idée ! Mais puisqu\’ il s’agit d’œuvre construite pour l’occasion et non pas de retouches de morceaux déjà existant dans le monde de la musique classique, je me suis un peu beaucoup intéressé à la chose.

Donc je commence à mettre le cd dans le lecteur et à ouvrir l’album.

On peut remarquer de prime abord que le sujet principal est l’érotisme.

Le livre comme le cd est composé de quatre morceaux indépendants l’un de l’autre. Pour la première partie, la musique ressemble fort au braillement des moutons. Pas de chance ce sont des canards qui sur le papier accompagnent une jeune fille en train de se toucher…(censuré pour les mineurs). Cela commence bien. Il est vrai que quelques minutes, après la première partie dure dix minutes, on prend conscience de l’existence d’oiseaux, mais de là à dire qu’il s’agit de canards …

La deuxième partie est la rencontre de deux femmes lesbiennes qui se font ce que l’on nomme un 69. On retrouve dans la musique ce que l’on peut appeller des longs geignements. Un conseil : ne pas mettre le son trop fort sinon les voisins…

La troisième partie concerne la femme fontaine. Le dessin est excellent. La musique monte peu à peu sous le travail de l’homme en position du 69 avec la femme fontaine. La fin n’est qu’une chute d’eau digne du Niagara.

La quatrième et dernière partie n’est que grand delirium du plaisir masculin et féminin. Cela part dans tous les sens dans le dessin comme dans la musique.

En vrai que dire. Autant je trouve les dessins très intéressants autant je me suis un peu retrouvé désappointé par la musique qui (à mon avis) ne colle pas toujours parfaitement au livre. Mais est-ce vraiment possible de retrouver deux œuvres se compléter sans accroche?

Le style et l’essai en veut la peine. Opus 69 est un pari pris pour une très longue durée. Je ne peux conseiller cet ouvrage qu’à ceux qui aiment l’inédit mais aussi la musique classique dite moderne. Nous sommes loin de Mozart et pourtant il s’y retrouve un je ne sais quoi qui fait que je ne peux respectueusement pas en dire du mal même si je n’ai pas vraiment accroché avec style. On ressent le travail de la recherche, de la précision…

Réservé au plus de 16 ans style érotique.

Laisser un commentaire