Manga : Slayers T1 Knight of aqua lord

CRITIQUES BD

Lina Inverse, une puissante magicienne sans le sou, part à la recherche du Croc du Roi du Mal pour rembourser une dette de jeu. La relique, non contente d’être protégée par une horde de monstres est hélas cyclopéenne ; notre héroïne, un poil impulsive, la brise donc en milles morceaux pour en ramener quelques fragments. Son acte irréfléchi libère un immense pouvoir séparant notre héroïne de Goury, son compagnon de voyage. Echouée dans un monde inconnu où la magie noire n’opère pas, Lina Inverse devra se rabattre sur des sortilèges de bas niveau et cheminer avec Lyos, un adolescent se proclamant Chevalier du Roi Dragon de l’Eau pour retourner dans son pays natal.

Je me dois de signaler en préambule que je ne suis pas un fan de la série animé Slayers. Ses graphismes, son chara-design, son humour et son intrigue me laissent froid. Ceci dit, penchons-nous sur le premier tome de ce manga.

Le dessin bien que modernisé fleure bon le chara-design d’il y a quelques années qui a fait le charme de la série éponyme. Le trait honnête, classique se maintient dans la droite ligne des légions de shônnens pondus chaque jour au Japon, un style correct, mais sans prétention.

L’intrigue repose sur des canevas maintes fois éprouvés et par la même des rebondissements téléphonés qui gâchent la surprise. L’humour, car il ne faut pas oublier que Slayers est avant tout une série humoristique d’héroic-fantasy, ne m’a pas arraché l’esquisse d’un sourire. La poignée de gags conçue pour un public d’adolescent japonais tombe à plat et s’il ne fait pas dans le pipi-caca est assez lourd dans sa mise en place.

Vous l’aurez compris, Slayers, Knight of aqua lord, est un plat fade et dénué de relief. S’il contentera les lecteurs les moins exigeants, les fans de l’univers risquent fort d’avoir un pincement au cœur devant la faible qualité de cet opus.

Laisser un commentaire