Manga : Hideout

CRITIQUES BD

Comment peut-on décrire au mieux cette oeuvre sans l\’a trahir ou même entacher son excellence?
Hideout: le titre nous donne déjà une impression sur le contenu, un one-shot torturé ou l\’antithèse du titre (se cacher dehors) va nous faire réfléchir et plus encore…
Seiichi Kirishima, écrivain en perte de vitesse voir même au bord du gouffre est en vacances avec sa femme sur une ile afin de reconstruire leur couple. Beaucoup de questions se percutent: Pourquoi sont-ils en froid? Pourquoi est-elle aussi méprisante envers lui? Qu\’a-t-il put faire pour endurer cela?
Les réponses vont dans un premier temps s\’entrechoquer puis nous exploser au visage comme un bouquet final d\’un feu d\’artifice. Ce couple a vécut la mort de leur unique enfant à cause d\’un concours de circonstances vraiment tragique (Le jeune garçon est tombé par la fenêtre et chacun se renvoit la balle en ce qui concerne la responsablité). Depuis cet évènement, Seiichi est conspué par sa belle famille et mépriser par sa femme alors qu\’il a toujours fait passer sa famille avant lui. Dorénavant que peut-il faire?
Le pire: c\’est-à-dire préméditer le meurtre de sa femme. Une panne de voiture monter de toute pièce durant une balade associée à la narration d\’une légende locale sur la disparition de couples dans une grotte voisine. S\’ensuivra plusieurs coups de clé à molette… La dite grotte prend forme lorsque dans sa fuite la femme entre dans la grotte suivit par Seiichi.
A cet instant le drame s\’intensifie et se mèle à l\’horreur de la situation. Puisque cette grotte est habitée pour ne pas dire hantée par un homme à l\’allure de monstre véritablement sortie d\’un film de Georges Romero. Seiichi sera capturé et attaché dans une cellule. Cette grotte est l\’antichambre de l\’enfer, un véritable no man\’s land où plusieurs hommes sont emprisonnés, attachés et nus. Seiichi devra son salut à un petit garçon qui veut retrouver sa mère et fuir son père (le monstre). Avec lui, il parcourt les méandres de la grotte à travers l\’obscurité pour retrouver la mère du jeune garçon, fuir ce monstre, fuir cet enfer, fuir sa vie, se fuir… Malgré tout il devra faire face à sa femme (sombrant dans la folie totale) qui n\’était pas morte et qui s\’est alliée le temps d\’un instant au propriétaire des lieux. Une traque sans fin se lance dans un remake de \ »The Descent\ ». A partir de cet instant, c\’est un véritable massacre, un \ »slasher-time\ » où la femme est tuée par le monstre (car elle avait trouvée la sortie) et où le monstre est achevé dans le moment le plus gore du manga. Finalement, nous apprenons que Seiichi avait préalablement tué ses beaux-parents par vengeance et décide de rester dans la grotte avec le jeune garçon et sa mère, lui rappelant sa vie et son bonheur passé…
A la fin, la boucle est bouclée vu qu\’une lettre de sa main est retrouvée par un couple d\’automobiliste suivant les traces de notre anti-héros.
A travers cette oeuvre M.Kakizaki nous offre un récital de son \ »monstrueux\ » génie. Un dessin léché qu\’on avait deja pu voir dans Rainbow et un scénario bétonné à toute épreuve qui n\’attend plus que son adaptation sur grand écran. Nous découvrons en même temps que Seiichi incarne le monstre qui se tient en chacun de nous. A quel point la vie et surtout notre idée du bien peut se ternir lorsque d\’affreux évènements pilonnent une existence. La grotte est en fait la métaphore de ce qu\’il y a de plus profond en Seiichi, son introspection y est imagée. Sa descente aux enfers est progressive et intensive. Alors qu\’il sombre dans la folie, le lecteur sombre dans la peur voir le dégoût. Le dégoût, car Seiichi nous ressemble, il est Humain et par conséquent faillible. Enfin, cette grotte et ce parcours nous renvoie inévitablement à L\’Allégorie de la caverne de Platon car il est toujours plus aisé de rester terré pour ne pas voir le monde réel, intense et souvent cruel. Ne plus avancer est plus agréable pour Seiichi; son choix est l\’obscurité afin de ne plus affronter l\’horreur qu\’il a vécut et a fait vivre.
Kakizaki nous offre un one-shot poignant qui en saisira plus d\’un par sa beauté horrifique…

Laisser un commentaire