L’erreur de Darwin

CRITIQUES LIVRES

Le sous titre de ce livre avance bien ce qui va suivre dans ces pages :

« Les découvertes archéologiques en contradiction avec la théorie de l’évolution », rien que cela !

Je vais vous dire avec franchise que j’ai trouvé la première partie de l’ouvrage un peu trop compliqué. Sur presque 100 pages l’auteur commence sur la géologie, sur l’explication de la formation des roches et de la Terre, sur le débat d’idées à propos de l’âge de notre planète, sur l’incohérence de certains résultats scientifiques avancés, sur la découvertes de traces de pieds d’hommes qui accompagnent celles de dinosaures, sur la découverte d’objets dans des couches où ils ne devraient pas se trouver normalement puisque on sait que des centaines de millions d’années les séparent, sur des découvertes faites dans des mines à des profondeurs inhabituelles… Même si je ne suis pas géologue de formation, ni vraiment intéressé au sujet, du moins au départ de la lecture de ce livre, je dois avouer que la mise en place des contradictions avec la science officielle est quand même plus que troublante. On sait bien que la science ne peut être exacte à chaque fois et dès la première découverte, mais on ne peut pas accepter que des théories que l’on avance aux étudiants et à la société en général reposent sur une série de « miracles » de la nature. Il peut y avoir quelques anomalies, les fameuses exceptions qui à la règle, mais à ce point… peut-on encore parler de science ?

C’est un fait, même les trouvailles les plus récentes des géologues ne parlent pas d’elles mêmes… On les fait parler, pour coller au maximum avec la théorie de l’évolution proposée il y a 150 ans par Darwin. Le risque pour le spécialiste est de faire l’impasse sur des choses qui sauteraient même aux yeux d’un amateur comme moi. La deuxième partie du livre est quant à elle tout simplement formidable et passionnante. Sans entrer dans de la pure science-fiction, le Dr Hans-Joachim Zilmer continue à descendre en flammes les fausses vérités et sans les imposer proposent d’autres conclusions qui auraient pu paraître farfelues si un simple quidam les avait écrites. Saviez-vous que les satellites ont retrouvé des traces d’eau dans les plus hautes couches de l’atmosphère ? Cela aurait tendance à prouver que les écrits de la Genèse dans la Bible ne serait pas si dépourvus d’exactitude. On arrive dans la partie la plus incroyable du livre : Le déluge.

Il existe des centaines de récits qui proviennent de toutes les tribus sur tous les continents et ses légendes racontent toutes la même chose, avec des variantes, mais bien sûr toutes semblent s’accorder : un énorme déluge qui inonda la terre. Le plus troublant c’est que les traces de ce déluge existent mais sont volontairement ignorées par les scientifiques. La cause ? *Ce phénomène aurait eu lieu au maximum voilà 5000 ans, ce qui ne colle absolument pas avec la théorie de Darwin. Autre sujet, l’homme aurait été contemporain des dinosaures. Pour preuve des empreintes, des squelettes, des dessins trop exacts et datés d’une époque de 1500 ans avant JC. Je sais bien que l’idée même que l’homme ait pu vivre avec des dinosaures peut vous paraître tirée par les cheveux, mais je vous invite à lire comme moi ce livre, et vos idées préconçues vont recevoir un drôle de chamboulement. C’est aussi une partie du livre intéressante car il répertorie plusieurs apparitions véridiques de monstres marins avec photos ou dessins d’époque. Nessie du Loch Ness n’est plus seul au monde.

Le Dr Zilmer ne ce contente pas de remettre en cause le travail des géologues mais aussi la grande théorie de Darwin qui veut que les hommes descendent du singe, même s’il n’a jamais dit ça, c’est plutôt une déformation de ses propos, d’ailleurs l’école n’est pas innocente dans la propagation de cette idée en présentant le schéma du singe qui se transforme en homme progressivement, en fait les 2 espèces ont évolué en parallèle. Si ça vous intéresse un de mes amis a imaginé une discussion entre Darwin et Lamarck, un autre biologiste :

http://www.reflexiences.com/dossier/150/pas-si-betes-/

L’auteur prouve avec force arguments et preuves scientifiques mises en avant dernièrement, que l’homme à trop de différences avec le singe pour que la soi-disant évolution soit possible. Avec l’aide de l’ADN il explique que les oiseaux ou les poissons voire les singes n’ont entre eux que 9 génomes de différence alors qu’il existerait plus de 20 génomes de différence entre l’homme et le singe. Un génome c’est l’ensemble de l’information génétique d’une espèce : on peut comprendre en nombre de gènes différents ou alors en comparant les ancêtres communs (singe-poisson et singe-homme). Encore une anomalie qui doit son origine à un miracle de la nature ?

L’erreur de Darwin est un livre à mettre entre un dictionnaire et une encyclopédie. Les contre-théories qu’il contient ne sont certainement pas à mettre en avant devant n’importe qui et n’importe comment, mais il vous reste toujours la possibilité d’inviter vos amis à lire ce livre. C’est ce que je fais en ce moment avec vous.

Laisser un commentaire