Le Sang du Dragon T3

CRITIQUES BD

Lorsque la Mary-Morgan commandée par le lieutenant Mallert et le comte de Cagliostro est sur le point d’aborder le bateau d’Hannibal Mériadec, ce dernier disparaît comme par enchantement au beau milieu d’une brume venue de nulle part. En fait, cela n’est pas très surprenant quand on sait qu’Hannibal Mériadec possède la pierre de Gaëldenn et qu’il est donc capable de voyager d’un monde à l’autre.

Vexé, le comte de Cagliostro qui possède aussi des savoirs ésotériques, demande à son lieutenant de le déposer sur une île déserte pour méditer à un moyen pour s’emparer d’Hannibal à qui il voue une haine féroce ; petit, il lui a volé son talisman qui lui garantissait l’immortalité. C’est alors qu’apparaît Dame Selenn dont le rôle est de l’épauler dans sa traque.

Avant de partir chercher le Sang du Dragon, Hannibal se rend aux commandes d’un nouveau navire rebaptisé par lui Mac Lir sur l’île d’Ouessant où il doit rencontrer un vieux prêtre qui a connu sa mère Catherine Lavoisin et dont il croit être le fils. Mais ce dernier qui n’est pas son père, va finir par lui révéler l’identité de celui qu’il recherche…

Rien à redire ! Tout est parfait ! Le scénario est bien mené, les « flash backs » permettent de bien comprendre les liens qui unissent les personnages qui sont -on peut le dire- charismatiques. Les décors sont superbes, d’un réalisme incroyable. L’aventure est au rendez-vous. Et le mystère aussi.

Laisser un commentaire