Le petit vingtième 26

CRITIQUES BD

Le petit vingtième 26 du jeudi 28 juin 1934 contient une couverture crée à l\’occasion d\’un événement bien particulier; \ »Mussolini reçoit Hitler à Venise, en juin 1934, pour mieux sonder ses intentions sur l\’Autriche. La veille de la rencontre, Mussolini ironise sur le fait que les Lapons, se trouvant plus au nord que tous les autres peuples, doivent constituer la plus supérieure des races. Dans le même esprit, le Duce demande à la presse de réserver un bon écho à la visite que lui a faite le grand rabbin de Rome. Il accueille Hitler en grand uniforme fasciste, le visage rayonnant. Hitler fait piètre figure dans un costume civil qui lui va mal. Lorsqu\’il salue Mussolini, c\’est l\’élève qui salue le maître. La rencontre est un échec retentissant pour Hitler. Mussolini lui déclare que l\’Autriche doit conserver son indépendance et sa totale liberté. Après cette rencontre, le Duce juge sévèrement Hitler : «Ce raseur m\’a récité Mein Kampf, ce livre indigeste que je ne suis jamais parvenu à lire. Je ne me sens aucunement flatté de savoir que cet aventurier de mauvais goût a copié sa révolution sur la mienne. Les Allemands finiront par ruiner notre idée. Cet Hitler est un être féroce et cruel qui fait penser à Attila. Les Allemands resteront les barbares de Tacite et de la Réforme, les éternels ennemis de Rome.\ » (ref: les années noirs). Sous le crayon d\’Hergé, quick et flupke
vont incarné les deux dictateurs, entre l\’ironie et l\’hommage. La revue contient aussi deux pages des aventures de Popol et virginie
au far-west, une courte histoire \ » les six jeunes hommes\ » de Victor Devogel, et plusieurs textes secondaires.

Laisser un commentaire