Gildwin T1 Les légendes Océanes

CRITIQUES BD

Nous sommes en la belle région de Bretagne à une époque porche du moyen age. Gildwin est un jeune homme différent des autres. Il cherche la présence des Elfes, des Trolls, les Korrigans, les Fées, les Nains, tous les peuples des légendes. Il sait que si on ne peut les voir on peut ressentir leurs présences si on se concentre suffisamment mais si surtout si sa croyance en eux est suffisamment forte. Et cette force Gildwin la possède, aux grands désespoirs de sa compagne Azilis qui l’aime d’un amour profond mais qui est triste de ne pouvoir mieux le comprendre. Gildwin se trouve être la risée des villageois. Ne pouvant plus le supporter Gildwin décide de partir au devant du monde des légendes afin de revenir avec des preuves de l’existence de ce monde magique. C’est lors d’une tombée de jour que notre héros rencontre Kaarn, le maître enchanteur des pétrifiés de Bréhat, le gardien du monde des légendes. Celui-ci va confier à Gildwin la mission de partir à la découverte des Légendes Océanes et d’en revenir avec sept preuves. Pour l’accompagner le maître lui présente Peulvan un géant un peu bête et Kornigan une petite créature bien étrange qui sait bien des choses inconnues des hommes. C’est le commencement d’une grande quête.

 

 

 

 

 L’auteur de cette nouvelle série n’est autre que Leguy, auteur de la série inoubliable de Percevan. On y retrouve d’ailleurs dans ce premier album des petites similitudes qui ne sont apparentes que pour ceux qui connaissent bien le travail des mondes imaginaires de Leguy. Les légendes Océanes possèdent un très bon scénario et se trouvent certainement être le premier tome d’une nouvelle série pleine de promesses. Du moins on peut l\’imaginer puisque notre héros doit trouver sept preuves de son passage dans le monde des légendes, que l’on va bénéficier d’une série de sept tomes au minimum. Mais il n’y a pas que les quêtes, il existe aussi une histoire parallèle avec plusieurs questionnements sur les intérêts et les agissements du maître des légendes. Rien n’est jamais uniquement bon ou mauvais. On peut donc tirer notre chapeau à l’éditeur éditions JOS qui a su prendre le risque (si peu) de publier cette série.Si vous avez aimé lire Percevan  dans le journal Tintin dans les années 80, si vous aimez la Bretagne et les légendes qui continuent à y exister vous pouvez acheter et lire Les légendes Océanes. Aucune déception possible.

 

 

 

 

Laisser un commentaire