Les furies de Hitler

CRITIQUES LIVRES

L’auteur du livre, Wendy Lower a passé des nombreuses années à rechercher des documents sur les situations et actions des femmes allemandes lors de la deuxième guerre mondiale. Quelles soit simple secrétaires ou épouses d’officiers SS, certaines d’entre elles ont eu une position de voyeurisme ou d’action face à l’extermination des « sous-humains » qu’ils soient des personnes handicapé ou Juifs en passant par les Francs-Maçons. Je ne vous citerai pas volontairement les noms de ses femmes, elles ne méritent que de partir dans l’oubli de la civilisation car même si la nature les ont faites femmes elles ne sont que des misérables erreurs du monde. Au fil des pages on découvre la cruauté gratuite, des femmes qui n’avaient aucunes obligations, aucunes instructions venant du régime nazi, les voici rentrant dans les ghettos juifs avec comme simple volonté de prendre du plaisir à tuer. L’une prenant un bébé par sa jambe et lui fracasser la tête contre un mur, l’autre défénestrant des enfants du troisième étage, l’autre tuant une balle dans la nuque des enfants à qui elle venait de donner à manger, l’autre attirant les enfants vers-elle avec des bonbons dans une main et un révolver de poche dans l’autre qu’elle enfonçait dans la bouche de l’enfant avant de tirer… Je vous passe les détails. Quant aux autres femmes, celle qui n’ont peut-être pas tué, elles ont vu ce qui se passait sous leurs fenêtres. A la fin de la guerre, elles ne diront rien, par peur ou par conviction que le meurtre de ses hommes était normal. Le régime Nazi a eu raison de l’éducation, de la sensibilité et du raisonnement qui font de nous des citoyens. C’est toute une génération qui a perdu les repères. Les femmes qui jusqu’à la avaient comme futur le mariage et la cuisine ont pu soudainement entrevoir une carrière professionnelle dans un nazisme qui justement ne voulait pas que les femmes fassent des études. C’est un paroxysme qui a certainement dû pousser des femmes dans la folie, il fallait qu’elles se montrent encore plus forte, encore plus intraitables que les SS. Et c’est si facile de le faire contre des enfants ou des hommes sans armes. Ce livre ne cherche aucunes excuses. Mieux, il démontre que beaucoup d’entre elles n’ont pas été jugé correctement et laisser libre. Il est si difficile de croire qu’une femme peut faire preuve de tant de cruauté. A lire pour ne pas oublier que cela peut se reproduire.

Laisser un commentaire