Du sang et des larmes

CRITIQUES LIVRES

Après une rencontre désastreuse avec la flotte des Tolneps, le vaisseau spatial terrien où se trouve Reyn Battlefort est condamné. Pour survivre, le militaire n’a qu’une issue : s’engouffrer dans un module de survie et espérer que cela soit suffisant.
Ailleurs, sur Sen Hyx, planète prison de la Confédération Noire, le détenu Even Anaxy qui a purgé sa peine de douze années d’emprisonnement pour meurtre est rendu à la liberté et son nom devient Evex Hyaxy. Libre, il a le droit de quitter la planète mais ses finances ne le lui permettent pas. Il va donc chercher du travail sur place et, à force de persévérance, il s’élève dans la hiérarchie sociale et accède au rang de juge.
C’est alors, en tant que juge, qu’Evex Hyaxy est chargé d’instruire un cas étrange. Un naufragé de l’espace a été récupéré après avoir erré 300 ans dans un ancien module de survie. Il s’agit d’un ancien militaire nommé Reyn Battlefort, les anciennes archives indiquent qu’il fut condamné à mort par la justice terrienne. Evex Hyaxy est chargé de tirer cette affaire au clair mais, suite à son long séjour solitaire dans l’espace, l’homme est devenu amnésique…

Pourquoi ce soldat exemplaire a-t-il été condamné à mort ?

Quel sombre secret est enfoui au creux de la mémoire perdue, Evex Hyaxy va user d’une technologie intrusive pour tenter de le découvrir. Traquant ses moindres souvenirs, une sonde va entrer dans le cerveau du militaire. Si la méthode n’est pas sans risque pour le patient elle permet d’obtenir des renseignements que l’auteur nous livre sous forme de flashbacks qui nous révèlent la carrière militaire de Battlefort, passant de simple soldat au grade d’officier. La carrière mais aussi la vie avec ses plaisirs et ses souffrances, surtout les souffrances physiques ou morales, au travers de nombreuses batailles où ses camarades disparaissent les uns après les autres. Montrant les rapports qui se nouent entre soldats amis ou soldats ennemis, un siècle après la Première guerre mondiale, Antoine Lencou nous décrit le même monde de mort, le même univers dur et sans pitié, rempli de combats sans concession. Un monde de sang et de larmes : tué ou être tué, tel est le monde où Reyn Battlefort survit tant bien que mal. Mais aussi, pourquoi ce soldat exemplaire a-t-il été condamné à mort ?
Et puis, de la proximité imposée par l’interrogatoire des liens vont se nouer entre les deux hommes, de l’estime, de la sympathie et, de la part du juge, bien plus que de l’amitié pour le prisonnier. L’auteur conjugue avec habileté la lourdeur des institutions militaires et judicaires avec un humanisme réel qui est comme une bouffée d’espoir dans un monde de violences. Un livre dur, âpre mais aussi humain.

Du sang et des larmes, Antoine Lencou. Editions Pulp factory, 272 pages, 15 euros.

Laisser un commentaire