Djinn Djinn 2 le voile et le péché

CRITIQUES BD

La caravane d’Isaac le juif revient tout juste de Bagdad avec plein de cadeaux de la part du calife Hârûn ar-Rashîd pour l’Empereur Charlemagne. Parmi ces cadeaux, il y a une vieille théière moche de la province désertique du dhôdhân, que l’on relégua dans un coin et oublia là jusqu’à ce qu’on la retrouve 13 siècles plus tard sur la table de la cuisine de Dörte, hétérosexuelle et de Manfred, homosexuel qui vivent en collocation.

 

Quand Dörte découvre la présence du moufti Abdoulha Abba Al Scheik Ehmat dans la théière, elle devient comme folle et demande à Manfred de s’en débarrasser. Il faut dire que le moufti en question ne ressemble pas vraiment aux djinns que l’on connaît, il est baraqué, velu à souhait et surdopé à la testostérone.

Mansfred se rend chez des amis Werner et Fred, sur qui le Moufti fera aussi son petit effet ! De retour chez lui, il essaie de convaincre Dörte d’accepter la présence du moufti mais il s’y prend mal et elle le met à la porte avec la théière magique. Après un court séjour chez Werner et Fred, Manfred va emménager chez leurs voisines du dessus, parties en voyage. A partir de ce moment, il va tout faire pour s’attacher l’exclusivité d’ Abdoulha Abba Al Scheik Ehmat, ce qui va à terme bouleverser sa vie.

De son côté, Dörte a rencontré Götz, un timide éboueur théologien qui va tomber amoureux d’elle au grand désespoir de sa mère catholique intégriste.

Avant toute chose, il est bon de savoir que Ralf Konig est la référence en matière de Bd homo. Cet album est parfois assez cru aussi bien dans le texte que dans les dessins. Il n’est donc pas à mettre entre toutes les mains ! Ceci étant dit, il est aussi tout à la fois drôle, touchant, engagé et ironique. Des thèmes essentiels y sont abordés avec sérieux. L’histoire tient la route, les personnages sont attachants, le dessin qui graphiquement rappelle celui de Claire Brétecher est parfaitement adapté au texte.

Laisser un commentaire