BD : Mutafukaz – It came from the moon (Tome 0)

CRITIQUES BD

Décidément, la définition d’OVNI graphique sied bien à la série des Mutafukaz. Run, dessinateur à la soif insatiable, décide avec ce flashback d’aborder un nouveau genre qui lui semble cher, celui du comics. Oubliés les petits corps à grosses têtes des premiers tomes, nous suivons maintenant les traces des prédécesseurs d’El Diablo au sein de la ligue des catcheurs. Tout commence dans un univers a priori bien connu, celui de l’Allemagne Hitlérienne. Sauf que l’on fait des découvertes étonnantes à propos de leurs moyens technologiques : l’armée nazie a déjà marché sur la Lune, bien avant les Américains, et ils y ont trouvé des choses… intéressantes. Les astronautes allemands passent un pacte avec de curieux petits bonhommes verts qui ressemblent étrangement aux terriens. Retour sur la planète bleue où nos catcheurs américains doivent tenir un combat historique contre deux redoutables lutteurs nazis. C’est en tout cas la version officielle, car il s’agit en fait de mettre la main sur un crâne de cristal dérobé par l’armée hitlérienne.

La légende raconte que celui qui réunira les treize crânes ensembles verra le destin de l’humanité révélé. Mais le crâne en question est sous la protection du führer, qui ne semble plus tout à fait lui-même depuis la mission de ses scientifiques sur la Lune.Une fois de plus, Run s’amuse à relever l’aventure d’une bonne dose de références. Il invente même un genre que l’on pourrait qualifier de « rétro science-fiction », ou comment alunir avec les moyens techniques de la Seconde Guerre mondiale. Graphiquement parlant, ce « It Came from the Moon » ne part pas dans tous les sens. Mis à part quelques touches de manga dans les combats, c’est le style comics qui prédomine. La petite fantaisie (il y en a toujours au moins une dans Mutafukaz) tient à une

colorisation spéciale de certains passages qui donne droit à une lecture en 3D (vérifiez bien que les lunettes sont derrière la couverture) ! Qu’apporte ce flashback à la série ? Un peu plus de densité scénaristique, surtout en nous apportant quelques éléments sur la provenance des ombres qui vont pourchasser Angelino et sa bande dans les tomes suivants. « It Came from the Moon » est une digression comme on aimerait voir plus souvent dans le petit monde de la BD française, un défi audacieux que se lance l’auteur avant de passer à la réalisation du

tome 3 de Mutafukaz. On ne doute pas que la série n’en ressortira que plus pertinente !

Laisser un commentaire