BD : Matteo T1 – Première époque

CRITIQUES BD

Près de Collioure, tout appartient aux de Brignac : les vignes, les maisons, les gens, leur travail… Mattéo et son ami Paulin le savent, ils travaillent pour eux, et dur encore ! Juliette, l\’amour de Mattéo, recueillie toute jeune par les de Brignac, qui papillonne entre Mattéo et le fils de Brignac, est considérée comme un membre de la famille.

Et la guerre éclate. Fils d\’un anarchiste espagnol, Mattéo échappe à la mobilisation générale et Juliette s’éloigne de lui. Par dépit amoureux ou parce qu’il est rejeté par les villageois pour ce statut d’étranger qui, s’il le préserve de la grande boucherie, le marque comme une bête Mattéo va rejeter le pacifisme de sa mère et s’engageant, il va rejoindre le front…

La guerre au quotidien, la guerre sans envolées lyriques. La guerre sale, la sale guerre des tranchées c’est celle que Mattéo va vivre. Sous la pluie et la mitraille, dans l’horreur et le fracas des armes. Gibrat nous dit tout sur cette époque de folie meurtrière. Mais Gibrat ne dit pas que la guerre, il dit l’histoire d’un homme qui se mélange à celle d’une époque. Mais il le fait avec des mots durs et tendres et des dessins bouleversants. Avec Mattéo, Gibrat ne s’impose pas… il est !

Laisser un commentaire