BD : Le Suédois

CRITIQUES BD

Norfolk, Nebraska, 1898. Dans un brouillard glacé, trois hommes aux visages fermés descendent d’un train et se rendent au seul hôtel de la ville, l\’Hôtel bleu. L\’un d\’eux , Svante Jonasson, un suédois énigmatique maigre et roux, vient de New York. Graw doit rejoindre un ranch dans le Wyoming. Claetus se rend chez un parent dans le Wisconsin. Emmett, le patron du lieu, se coupe en quatre pour les servir. Mais, le suédois pense que des gens ont été tués dans les murs de l\’hôtel et semble persuadé qu\’il va mourir là lui aussi. Emmett lui montre une photo du cadavre de sa petite fille et les deux hommes se mettent à boire pendant qu\’une partie de cartes a commencé entre les clients. L\’angoisse est palpable et on devine que la soirée va se terminer par une tragédie… Christophe Gaultier adapte ici une nouvelle de Stephen Crane, The Blue Hotel. Il a conservé les personnages mystérieux et la lente montée du suspense. Tout concourt à rendre cette histoire lugubre. Gaultier avoue d\’ailleurs s\’être inspiré des polars du cinéaste Robert Siodmak et des toiles pleines de mystère du peintre belge Léon  Spilliaert. Comme l\’histoire se déroule en une nuit, l\’auteur se met en danger de rater son adaptation. Pour faire monter la tension d\’un cran, le graphisme joue sur des personnages et des décors très sombres: les traits incisifs et ravageurs de crayon noir envahissent les pages. Et, plus remarquable, Gaultier dessine directement  sur la planche sans faire de croquis, ni d’études de personnages. Enfin, le choix des couleurs vient compléter un tableau qui vous glace d\’effroi !

On est emporté de façon magistrale dans ce huis clos oppressant…

Laisser un commentaire