BD : Le protocole du tueur : Le tueur à la ficelle

CRITIQUES BD

14 Juillet 1980, à Andernos petite ville sur le bassin d’Arcachon, une jeune fille se laisse entraîner par un jeune homme dans une cabane de pêcheur. Après avoir essayer d’obtenir plus d’elle, ils se battront et il l’abandonnera inconsciente après lui avoir ligotées les chevilles et enfoncé un mouchoir dans la gorge.

18 Avril 2006, quelque part en France, dans une ville de province, Laure Malive, étudiante en journalisme est retrouvée dans son appartement, assassinée semble-t-il par un psychopathe qui sévit en utilisant toujours le même protocole. L’enquête est confiée au commandant de police Kelian Zelman et à sa collègue Mélanie.

La veille, Kelian assistait au bal donné au domicile du député-maire Jean Lestrade en l’honneur de ses vingt ans de mariage lorsque ce dernier l’a entraîné à l’écart pour lui parler en privé d’un meurtre que l’on essaie de lui mettre sur le dos. Le problème c’est qu’effectivement, il connaissait Laure Malive puisqu’elle était sa maîtresse. Afin que rien ne puisse le relier à cette femme, il lui a demandé de récupérer son ordinateur portable avant que la police ne découvre le meurtre. Chose qu’il a faite avant de le remettre ainsi que le Dvd incriminant le député-maire à son ami Georges, policier à la retraite toujours passionné par son métier !

Tout semble donc sous contrôle. Sauf qu’il apparaît que le tueur n’aurait pas suivi le protocole à la lettre, alors est-ce bien lui qui a tué cette femme ? De son côté, Georges n’a pu s’empêcher de fouiner dans le contenu de l’ordinateur laissé par Kelian et il a découvert une piste intéressante. Là dessus, la propre fille du député-maire est enlevée par André, le petit ami officiel de la défunte. Qui est donc le véritable assassin de Laure Malive ?

Cet album étant un diptyque, vous aurez compris que la réponse sera dans le prochain album. Mais cela n’enlève en rien à la qualité de l’œuvre ! Didier Convard s’amuse à multiplier les scénarios possibles nous laissant perplexes ! L’intrigue est sans cesse relancée et toutes les pistes tiennent la route, difficile alors de dire qui est le véritable coupable. Cette entrée en matière réussie est bien soutenue par le graphisme sobre et efficace de Denis Falque et aux couleurs inattendues pour un thriller, ça change des couleurs sombres et du noir et blanc !

Bonne nouvelle : Ce diptyque sera suivi de 2 autres « Le protocole du Fou » et « Le Protocole de Dieu » !

Laisser un commentaire