BD : Charlot T28 Navigateur Solitaire

CRITIQUES BD

Il s’agit du vingt-huitième  tome de la collection.  Le texte est de Montaubert et le dessin de Mat. L’album est sorti en 1957.

L’histoire centrale est divisée en deux parties.  Charlot s’inscrit à une course de navigateur et il va pour concourir, construire son propre bateau.   La course sera le fil conducteur de l’histoire.

Ce qui donnera  l’intrigue sera la poursuite de la police d’un espion qui a réussi à voler pour une puissance étrangère les plans d’une fusée.  La police apprend que l’espion s\’est inscrit à la course de bateau afin d’avoir une couverture pour prendre la fuite et remettre discrètement le plan à ses complices.  Bien entendu le premier suspect de l’inspecteur chargé de l’enquête va être Charlot.

Montaubert n’a pas eu à chercher bien loin pour trouver son inspiration, il n’avait qu’à suivre l’actualité. C’est en effet en 1957, que les Russes vont mettre en orbite le premier satellite spatial :  Spoutnik.

On retrouve aussi, en planche 3, une certaine forme de misogyne, apprécié à l’époque, le danger des femmes aux volants des voitures. Même si l’anecdote est légère, elle exprime bien la pensée des hommes de l’époque. En fin de l’histoire on retrouve aussi la fainéantise des habitants des îles. Sans tomber dans du racisme, c’est encore une fausse idée reçue qui se retrouve en image dans un album destiné a priori à la jeunesse. 

1957 est aussi une belle année pour Charlie Chaplin, car il est à nouveau papa d’une fille : Oona.

Laisser un commentaire