BD : Amours fragiles T5 Résistance

CRITIQUES BD

Printemps 1943 dans le sud-est de la France. Officier de la Wehrmacht, Martin est revenu occuper son poste après être allé enterrer son père en Allemagne. Très vite, il cherche à retrouver Katarina, devenue Catherine. Mais, celle-ci a quitté les lieux pour Lyon, où elle a rejoint André-Louis, passé depuis peu dans la clandestinité. Tandis que Martin s’interroge sur son avenir et une affectation probable sur le front de l’est, Catherine saute le pas et décide de s’engager dans la Résistance. Le tome 5 d’Amours fragiles était attendu avec impatience pour connaître la suite des amours de Martin et Katarina pendant une période trouble de la grande Histoire. On a le droit d’être un peu déçu car tout l’album est centré sur l’activité clandestine de Catherine qui brave le danger avec toutes les audaces. Mais, une fois l’intrigue mise en place, le lecteur reste subjugué. Ce qui intéresse le scénariste Philippe Richelle, c’est de raconter comment s’organise la Résistance en France et de livrer l’histoire d’un réseau où s’est impliqué Catherine. S’il y a peu d’action, Richelle ne cache rien des tensions psychologiques, des trahisons, de la menace de la Gestapo et des rouages secrets de l’organisation. Mieux encore, il amène le suspense en racontant comment le réseau est trahi de l’intérieur. Le dessinateur Jean-Michel Beuriot réussit à faire passer de longs discours à travers des planches bien équilibrées et bien documentées…
Un épisode tout en nuances à ne manquer à aucun prix !

Laisser un commentaire