Pourquoi les auteurs n’ont rien gagné?

ACTUALITÉ

Je trouve que l’on pense vraiment que les auteurs sont tous des imbéciles. La preuve vient de nous en être offerte, encore une fois, au sujet du Salon du livre de Paris.  Chaque année, il existe une polémique comme l’entrée payante ou l’obligation de faire un achat sur place pour obtenir une dédicace. C’est comme pour le festival d’Angoulême, il existera toujours des personnes sans pouvoirs qui veulent que la situation change, en bien comme en mal. Cette année, le sujet est la rémunération des auteurs qui vont participer au salon de Paris. Il existe un règlement qui explique que tous les auteurs doivent recevoir une rémunération à partir du moment qu’ils participent à une conférence ou autre. Ce règlement s’applique dès lors que le salon ou festival reçoit une subvention de l’État. Ce qui n’est pas le cas du Salon du livre de Paris qui ne reçoit rien. Le mouvement des auteurs qui demandent à être payés n’a rien de nouveau et il est parfaitement légitime. Pourquoi l’auteur devrait payer le déplacement, le repas, le logement… de sa poche sans rien recevoir en retour ? Un travail mérite salaire. Les syndicats viennent donc nous expliquer à présent qu’ils ont gagné le combat, que c’est une victoire formidable. Ok. Mais victoire pour qui ? La rémunération ne concerne que les auteurs qui vont participer aux animations du salon. Et l’on parle de qui ? De l’auteur qui vient d’écrire son premier livre ou du dessinateur qui va faire son premier salon ? Et bien non, bien entendu, on ne va pas faire une conférence avec un inconnu. Année après année on finit par toujours voir les mêmes, savoir parler en public c’est un métier, à présent rémunéré.  Revenons à la base du sujet, celui qui concerne 80% des auteurs, ceux qui vont passer des heures à attendre le public pour faire une dédicace, celui qui, lui, ne recevra pas de rémunération et qui pourtant doit lui aussi payer son transport, son repas… L’auteur connu, celui qui va faire la conférence et qui va être payé, il a peu de chance de le trouver dans les 50% des auteurs qui gagnent moins du SMIC. Et pourtant, c’est pour lui que les syndicats viennent de gagner le combat. Pour les autres auteurs, ceux qui ont, mais oui, la grande chance de faire le salon, la grande chance de se faire enfin connaitre, on parlera plus tard, on fixe une date ? Oui il est normal qu’un auteur puisse toucher un salaire, mais non il n’est pas normal de parler au nom de tous les auteurs et de ne faire profiter de la victoire qu’a une poignée de privilégié et de s’en vanter. Le combat n’est pas fini !

Laisser un commentaire